Menu de la semaine du 17 septembre

Classé dans : Menu | 0

ENTREES

Chipirons à l’encre de seiche, coulis de piquillos et chorizo

Soupe froide de petits pois à la menthe

Mini planche de charcuterie

 

DESSERTS

Pavlova aux fruits rouges

Chouquettes façon profiteroles

Assortiment de fromages

Café gourmand  / Thé gourmand

PLATS

 

Lundi

Tartare charolais VF à l’italienne

Merlu sauce vierge et taboulé vert

 

Mardi – mercredi

Poulet en croûte d’amandes

Cabillaud au pesto douceur de carottes

 

Jeudi – vendredi

Veau à la gremolata petits légumes

Poisson sauce soja gingembre, nouilles aux légumes sautés

 

Repas d’un dimanche midi sous la pluie

Classé dans : Non classé | 0

Et voilà… simplissime cuisine, maxi-réjouissance.

En passant trop tard chez le boucher le matin, araignée, poire et merlan, ont déjà trouvé preneur mais heureusement gisent en vitrine quelques goûtus onglets, parés et dénervés… 200 g par personne, obligatoire!

Et non, aficionados du boeuf, surtout ne les ouvrons pas! En rentrant à la maison, on conserve la viande à plat sur le plan de travail, pendant ce temps on coupe en cube d’1 cm sur 1 cm, les pommes de terre à chair ferme préalablement épluchées, lavées et essuyées. On les pose ensuite dans la poêle chaude généreusement dosée en beurre (devenu presque noisette) pour une cuisson à vif en les remuant bien quatre à cinq minutes jusqu’à coloration d’une bonne partie des faces. Ensuite on baisse le feu pour les attendrir et les cuire à cœur durant dix minutes accompagnées d’ail écrasé (pour les amateurs) d’un branche de thym (ou laurier, ou romarin ou tout ensemble… mettons-y ce que l’on aime). Enfin, en toute fin de cuisson, juste avant le service une giclette de fleur de seul et un tour de poivre du moulin leur feront le plus grand bien.

Et durant les dix minutes de cuisson à couvert des pommes de terre, il ne nous reste qu’à cuire ces braves onglets. Dans une poêle bien chaude et garnie de beurre…. pschiii, la viande se saisie et se croûte dès le toucher. Sur chaque face et durant en tout 4/5 ou 6 minutes (et selon l’épaisseur de l’onglet) saisissons, saisissons. Débarrassons les onglets dans un papier d’alu que l’on referme aussitôt (conservant au chaud les bestiaux), le temps de verser, eau, vin, échalotes ou tout autre artifice permettant de récupérer les sucs de cuisson dans le fond de la poêle, et hop dans les assiettes.

Et comme au bistrot des Victoires d’il y a deux décennies, mettons le thym à la flamme pour impressionner les convives. Et sortons fleur de seul, salade fraîche et croquante, vinaigrette bien moutardée, poivres sélectionnés et bouteille de vin de tannin (loire, bordeaux, bourgogne, rhône ou languedoc, peu importe, mais avec de beaux tannins bien mordants…) et bingo! Dimanche de viandard à coup sûr réussi.

Précisément donc, en ce dimanche, nous ouvrîmes Temps d’Amphore de Jean-Régis Valour et nous finîmes en beauté (et prise de kilos assurée) en n’omettant pas quelques morceaux de fromage (pour finir la salade), et un savoureux Paris-Brest de notre boulanger.

Deux adresses place Clichy

Classé dans : Non classé | 0

On mangeait au « Strobi » de divins veloutés de courge et un tout tendre cuissot de chevreuil jus corsé et légumes anciens tout en sirotant la classieuse bourgogne quand, jetant un œil aux passants, nous vîmes face à nous l’enseigne argentine Casero. « Empanadas sur place et à emporter », affichaient-ils.

A la sortie de notre déjeuner, nous entrâmes donc à l’intérieur de cette belle échoppe. Nous commandâmes à emporter trois de leurs empanadas, une rafraîchissante Quilmes et une bouteille de malbec de la haute région de Salta.

Et le soir même, nous dégustâmes… et par le parfum et les saveurs carnées, nous fûmes directement transportés dans ce magnifique pays du bout du monde.

On vous recommande donc, les yeux fermés, un stop place Clichy pour goûter les bons petits plats de Strobi et les croissants chauds argentins (les fameux empanadas) de Casero. Tous deux, rue Biot 75017 Paris. L’un en face de l’autre donc…  Et choisissez! Ou comme nous, prenez le temps de visiter les deux…

Oenographiliste

Classé dans : Non classé | 0

Quoi? Vous n’en êtes toujours pas un?

Après avoir lu ici comment très simplement décoller les étiquettes de vos vins préférés pour les coller dans votre livre de cave, les afficher en patchwork en trophées dans le salon, ou les coller sur le frigo (chic!) vous ne pourrez plus vous arrêter de les collectionner. Oenographiliste, alors, vous deviendrez.

Votre entourage se posera des questions sur votre état mental lorsque vous passerez, en fin de repas, vos bouteilles bues au four, mais laissez les dire… vous êtes un(e) artiste, un(e) esthète.
Nous, nous nous y sommes mis pour l’un de nos fidèles clients qui devait pour Noël offrir à l’un de ses amis un tableau d’étiquettes « maison ». Notre fidèle client boit bon et bien mais pas en quantité suffisante pour remplir un tableau complet… il a donc fait appel à notre générosité sans fin et nous nous sommes pris au jeu.

On vous laisse… on a encore quelques quilles au four!

 

On a mangé là-bas et on a franchement adoré, alors on partage…

Classé dans : Non classé | 0

Voilà quelques adresses parisiennes visitées peu avant la rentrée (vive les vacances des enfants chez les grands-parents!). Dans le désordre et sans esprit de notation (ni copinage), nous nous y attablâmes et nous en furent enthousiasmés.

Coretta (Porte de Clichy) pour le style et la précision (…jusqu’aux desserts : glace pêche et feuille de vigne, dément) et la carte des vins, éclectique et pas clinquante. Pour qui? Tu es chic et propre, tu as un peu de pognon (et/ou une carte affaire), tu es assurément fin gourmet.

Le Grand Bain (Belleville) pour l’ambiance décontractée mode bar à vin (yapu, mais si tu veux, on peut te faire ça), les influences anglo-saxonnes qui changent (chili-jam, oignons confits), la rafale de petites assiettes, le carte des vins dans l’air du temps (funky « nature » mais net)… et les tarifs (un soir à 4, moult assiettes et une bouteille de blanc une autre de rouge – 160 €). Pour qui? Tu portes des Stan Smith (qui n’en porte pas?), t’es archi, dans la com’ ou l’audiovisuel, t’es hopopop, t’aimes quand ça chahute. C’est tiptop.

Orties  (Cadet – Anvers) hors des sentiers battus, créatif, malin, instinctif. Au déjeuner tarif imbattable (attention menu imposé). Pour qui? Tu aimes la nature (et la nature t’aime, tu le sais), tu cours après toutes les dernières tables tendances et/ou tu aimes les vraies bonnes surprises.

Et un petit dernier…naturellement Naturellement (Commerce): franc et direct. D’une SIMPLICITE confondante (burrata fumée/tartare de veau à l’oseille/madeleine en tiramisu). L’Italien Giovanni, aux manettes, un peu foutraque, un accent marqué parfois à la limite du compréhensible. Supers pinards transalpins (attention, hein, pas les cabernets boisés de Sassicaïa), digeos (finocchietto et limoncello) maison! Pour qui? Les décontractés. Les potes. Pas bon pour un tête-à-tête love-love.

 

Les bonheurs simples – le café en terrasse

Classé dans : Non classé | 0

Il faut que le temps s’y prête (ensoleillé mais pas encore trop chaud…  à l’aube d’un samedi de fin d’Eté) et que l’on se laisse du temps (la rentrée n’est pas encore totalement là), que le serveur soit agréable et discrètement souriant, que les rues parisiennes soient quasi désertes, qu’un verdoyant platane apporte un supplément de sérénité.

On regarde le peu de passants passer. On lit une page ou deux du livre de poche entamé sur la plage, un petit bout de ces vacances passées. On boit son café-crème qui tiédit. On se demande comment envisager cette journée de calme et de repos. Et puis c’est tout. On savoure…

Allez encore quelques bonnes pages et peut-être qu’on finira par se remettre à marcher et flâner (un autre bonheur simple)… ou peut-être qu’on fera les courses du week-end ou le ménage. On s’en fiche! La journée aura déjà très bien commencé.

RAP – la meilleure épicerie italienne parisienne

Classé dans : Non classé | 0

En tout cas, la plus médiatique… France Inter invite souvent Alessandra Pierrini, la tenancière de la boutique, pour son accent et son cerveau encyclopédique sur les bonnes choses de la botte.

Auparavant installée rue Rodier avec une devanture grisonnante et poussiéreuse, des persiennes un peu de travers (une vraie boutique comme à Naples), elle est désormais située au bas de la rue des Martyrs dans une délicieuse boutique blanche et bois clair.

Dans les paniers à l’entrée, tomates et citrons bios italiens, le comptoir fourmille de fromages, de jambons et charcuteries, un amoncellement salivant. Jusqu’en haut du plafond, les pâtes sèches, les riz, les biscuits, les pesto artisanaux grimpent les uns par dessus les autres.

En descendant un colimaçon, la cave (aaaaaaahhhhhhh!) regorge de trésors liquides.

En ce samedi 15 juillet, la salumeria ne désemplit pas de clients. Les vendeurs (4 dans cette toute petite boutique) virevoltent et servent sourire en bouche.

Nous repartons avec, sous le bras, quelques échantillons de dégustation… on en reparle plus tard. Et on vous RE-CO-MMANDE… la visite de cette désormais institution parisienne!

Souvenir de Navarre

Classé dans : Non classé | 0

L’Eté dernier, après une belle escapade matinale dans le désert des Bardenas (incroyable décor de western à un peu plus d’une centaine de kilomètres de Pampelune), tiraillés par la faim nous fîmes halte gourmande à Tudela, chez Remigio. Un restaurant d’hôtel, une cuisine simple, goûteuse et traditionnelle. Frisettes au mur, nappes blanches et porcelaine. Un retour dans les années 70. Le restaurant bondé accueille notables, touristes et familles. Les serveurs en livrée virevoltent. Entrée-plat-dessert pour une quinzaine d’euro. Vin compris. C’est assurément une aubaine. Les portions sont petites, les poissons et viandes quasiment sans accompagnement, mais tout est fin et frais, local. On termine le repas par une louche de fromage blanc au goût fumé, sucré par un miel liquide. Incroyable nuage de bonheur. Un ovni. La « cuajada ». A goûter!!!

Et côté vin, donc, une bouteille arrive sur table. Quasiment glacée. On s’attend à un jus de planche, si habituel de la région (la Rioja est à deux pas), et c’est une petite bombe de quille fruitée et florale.

Nous sortîmes de ce déjeuner, conquis. Nous visitâmes avec entrain cette belle petite ville rougeoyante sous un bon 35°C. Et ce plaisir resta chaudement enfouis jusqu’à ce que…

…jusqu’à ce que nous goûtions tout récemment le vin de Martin et Gloria Alonso, vignerons en Rioja. La même émotion de fraîche simplicité nous traversa. De retour vers ce déjeuner à 1500 kilomètres de Paris. Des vignes en bio (et un peu plus) pas d’intervention chimique sur les vins, peu de soufre et pas de bois, un degré d’alcool plus que raisonnable… il n’en fallait pas autant pour que nous vous fassions partager ce petit plaisir. Les belles sont arrivées il y a maintenant quelques semaines. On n’y a encore pas touché. Déboucher la bouteille. Comme le déballage d’un petit cadeau.

Vina Ilusion (c’est son petit nom) assemble très majoritairement tempranillo et graciano. Une fois goûté vous allez nous en re-demander…

Un petit air d’Italie, deux adresses parisiennes

Classé dans : Non classé | 0
Si vous n’en n’avez pas entendu parlé dans vos radios, télés ou sur les réseaux sociaux, nous, nous les avons testées et adorées.
A la Pizzeria Popolare tout est bien joué, bon et intelligent. Le lieu (Réaumur), superbe.  La pizza gonflée est parfumée et savoureuse (on a testé parmatador et regina instagram) Les serveurs sympas et italiens. Le vin très bon (on a gouté un blanc de Sicile frais et floral, un Nero d’Avola des Pouilles chaleureux et enchanteur) est dispo au verre, à la bouteille ou… en magnum. Rien à redire si ce n’est : « bravissimo! ».
Une autre adresse, et celle là, vraiment, si vous ne l’avez pas, c’est impardonnable. C’est celle du glacier Grom. Pour digérer la pizza gourmande, l’un y choisit un affogato alla crema di grom et l’autre un sorbet citron de sicile. Parfait pour se rendre en une dizaine de minute de marche sous le cagnard, au Centre Pompidou et flâner, au frais, d’expos photos en installations 3D.

C’est pas parce qu’on n’en vend pas qu’on n’en parle pas

Classé dans : Non classé | 0

Piouf! Délicieuse cette bière. La Sphinx c’est son p’tit nom. La brasserie de l’Etre s’est installée dans le 19eme. Il y a un peu plus d’un an maintenant. C’est une bière d’artisan-expert précis et furieusement envoûtant. Fin et complexe… et rafraîchissant. Slurp… une autre barman!!!

PS – qui sait? On en aura peut-être bientôt à déguster…