Ma maman elle est bio, elle est homéo.

Classé dans : Non classé | 0

Ma maman elle cuisine. Lorsqu’elle fait des tartes, elle fait elle-même sa pâte.

Aujourd’hui pour la quiche c’était moitié farine de blé moitié petit épeautre. La pâte, elle est toute grisouille, rustique et très parfumée.

Ma maman elle cuisine et elle prend son temps : les poires de la tarte sucrée de la semaine passée (une Bourdaloue revisitée) ont été pochées un peu plus tôt en saison et mises en conserve avec un sirop doux à la vanille. Les amandes viennent des contreforts des Pyrénées non loin de Maury, Collioures et du Mont Canigou, où mes parents passent quelques jours d’une année sur l’autre. Les amandes entières, elle les émonde, en les passant à l’eau bouillante, à l’aide de son pouce et de son index. Puis elle les hache, finement. La tarte en est succulente. Même si elle n’est pas lookée « pâtissière », cette tarte elle est vraiment belle. Parce qu’elle a été faite patiemment. Elle est belle parce qu’elle a été goûtée à chacune des étapes (on ajoute un peu de Muscovado ? une pointe de sel de Guérande ?). Elle est belle parce qu’elle est éphémère, qu’il n’y en aura pas une autre produite de la même manière.

Ma maman, elle nous fait, hors ces wonderfuls tartes salées et sucrées, des tajines et des couscous, elle nous trouve le meilleur Comté et la meilleure saucisse de Morteau, le jambon blanc tout gris mais tout bon et non nitrité. Elle y passe beaucoup de temps dans sa cuisine et en courses. Et mon papa il fait très bien les œufs au plat, c’est un as de l’épluchage et il accompagne Daisy au marché pour lui porter sacs et cabas.