Repas d’un dimanche midi sous la pluie

Classé dans : Non classé | 0

Et voilà… simplissime cuisine, maxi-réjouissance.

En passant trop tard chez le boucher le matin, araignée, poire et merlan, ont déjà trouvé preneur mais heureusement gisent en vitrine quelques goûtus onglets, parés et dénervés… 200 g par personne, obligatoire!

Et non, aficionados du boeuf, surtout ne les ouvrons pas! En rentrant à la maison, on conserve la viande à plat sur le plan de travail, pendant ce temps on coupe en cube d’1 cm sur 1 cm, les pommes de terre à chair ferme préalablement épluchées, lavées et essuyées. On les pose ensuite dans la poêle chaude généreusement dosée en beurre (devenu presque noisette) pour une cuisson à vif en les remuant bien quatre à cinq minutes jusqu’à coloration d’une bonne partie des faces. Ensuite on baisse le feu pour les attendrir et les cuire à cœur durant dix minutes accompagnées d’ail écrasé (pour les amateurs) d’un branche de thym (ou laurier, ou romarin ou tout ensemble… mettons-y ce que l’on aime). Enfin, en toute fin de cuisson, juste avant le service une giclette de fleur de seul et un tour de poivre du moulin leur feront le plus grand bien.

Et durant les dix minutes de cuisson à couvert des pommes de terre, il ne nous reste qu’à cuire ces braves onglets. Dans une poêle bien chaude et garnie de beurre…. pschiii, la viande se saisie et se croûte dès le toucher. Sur chaque face et durant en tout 4/5 ou 6 minutes (et selon l’épaisseur de l’onglet) saisissons, saisissons. Débarrassons les onglets dans un papier d’alu que l’on referme aussitôt (conservant au chaud les bestiaux), le temps de verser, eau, vin, échalotes ou tout autre artifice permettant de récupérer les sucs de cuisson dans le fond de la poêle, et hop dans les assiettes.

Et comme au bistrot des Victoires d’il y a deux décennies, mettons le thym à la flamme pour impressionner les convives. Et sortons fleur de seul, salade fraîche et croquante, vinaigrette bien moutardée, poivres sélectionnés et bouteille de vin de tannin (loire, bordeaux, bourgogne, rhône ou languedoc, peu importe, mais avec de beaux tannins bien mordants…) et bingo! Dimanche de viandard à coup sûr réussi.

Précisément donc, en ce dimanche, nous ouvrîmes Temps d’Amphore de Jean-Régis Valour et nous finîmes en beauté (et prise de kilos assurée) en n’omettant pas quelques morceaux de fromage (pour finir la salade), et un savoureux Paris-Brest de notre boulanger.