Le Morgon c’est bon…

Classé dans : Non classé | 0

celui de Jean-Paul Thévenet (de la bande « naturiste-carbo » sur les traces de Chauvet avec Foillard et Lapierre) sur ses vieilles vignes de Morgon de 70 ans, il vous coupe la chique. Millésime du millénaire (eh oui, carrément) selon la profession, ce 2015 se révèle presque chaleureux comme un grenache de la vallée du Rhône, la fraîcheur acide du gamay en sus. Un nez profond et riche de cerise noire (bientôt pinotante), des notes épicées et délicatement animales. A carafer absolument! SI vous avez le portefeuille bien garni (JP Thévenet c’est pas donné), à acquérir par 6 ou 12 pour contempler son évolution très très prometteuse sur les 12 prochaines années. Si vous en avez le courage… ou la patience.

Et pour tout vous dire… Nico et Greg se sont offerts une caisse de Morgon VV en se disant que « vraiment c’est pas donné! ». Et puis Nico part avec deux de ses quilles pour un week-end entre copains. Ultra-unanimité. Retournés les z’amis. Les 2 belles descendues en moins de temps qu’il n’en faut pour réaliser qu’il n’y en a déjà plus. Alors c’est décidé, on en proposera aux Vignes Gourmandes… au diable l’avarice! Nous n' »arracherons » hélas que 24 petites bouteilles au bon Thévenet. Il n’y aura pas de réassort, il n’y en a plus nulle part à acheter excepté chez les meilleurs cavistes.

 

 

 

Cours-Dégustation : la Grande Bourgogne

Classé dans : Non classé | 0

Vendredi 10 mars, se réunit aux Vignes Gourmandes, l’excellente équipe de dégustation (ouverte aux amateurs) du Club Oeno Clichois. Un cercle exclusivement masculin monté par de jeunes (hum, hum) clichois prétextant une réunion de « travail » et ainsi s’octroyant une soirée par mois sans femme ni enfant.

Le C.O.C, aborde pour les 3 futures séances, une des plus prestigieuses (attention les tarifs!) et plus complexe (combien de climats en Bourgogne?) région du vin de France : la Bourgogne.

Au menu, beaucoup de théorie, un peu de pratique et quelques notions à retenir pour épater les amis.

 

Un peu de lecture

Classé dans : Non classé | 0

Par ces temps hygiénistes, aseptisés et proprets… un peu de lecture déviante. Oui. Choquante même (il préconise 50g d’entre-deux-mers avant chaque repas aux enfants atteints de rachitisme). Et tendre à la fois. A chaque mal son remède. Le Docteur Maury vous instruit sur l’intérêt du vin contre l’aérophagie (le champagne vous aide à roter et donc évacuer l’air emmagasinée dans l’estomac), les rhumatismes, la grippe, la neurasthénie (blanquette de limoux entre les repas). Toute maladie devient prétexte à la boisson. Il détaille les propriétés de chaque vin, chaque cru, notamment minéraux et vitamines.

Les Vignes Gourmandes vont changer leur devanture : on va s’installer en tant qu’officine soignante : « Entrez nous avons remèdes naturel à tous vos maux. Sans ordonnance nous vous délivrons ce qu’il vous faut pour vous rendre bien portant. »

Chez Nil – Soignez-vous par le vin – Dr Maury – ré-édition en 2011 d’un best seller de 1974.

 

Tant qu’ya d’la vigne…

Classé dans : Non classé | 0

… ya d’l’espoir. Et ici (en photo d’illustration) lors d’une balade dominicale à Paris nous avons aperçu un petit morceau d’espoir : quelques pieds de vignes se dressent sur les hauteurs de la colline Belleville avec en fond un respectueux immeuble haussmannien. Qui d’entre-vous aura déjà goûté le breuvage provenant de ces vignes parisiennes?

Et de vignes finalement à Paris (et de l’espoir, donc), il y en a un peu partout.Tout près de chez nous, au Vieux St Ouen sur les bords de Seine. Mais aussi à Montmartre, non loin du Lapin Agile ou encore à Suresnes… plus d’adresses ici dans cet article.

Il est chou, non?

Classé dans : Non classé | 0

Regarde il est tout rouge…

Et tu bois quoi avec du chou?

Cru en salade avec noix et pommes et chèvre demi sec affiné un chenin de loire ou un sauvignon en coteaux du giennois. Et sur une salade chou-haddock?

Et cuit, compoté, avec du lard et une belle saucisse fumée? Un gamay bien élevé pour sa rafraichissante acidité.

Les Vignes Gourmandes recrutent…

Classé dans : Non classé | 0

… des dégustateurs intéressés par une verticale de Margaux « BAMA » (Bel Air Marquis d’Aligre). Le Rayas de Margaux.  L’Objet Vinique Non Identifié margalais au milieu des châteaux fabricants de jus bodybuildés vanillés.

Qui ? 10/12 personnes max.

Quand ? Vraisemblablement un soir de semaine du mois de  mars (on statue après la période de pré-inscription).

Combien? 6 quilles de 2005 à 1995

Combien again ? PAF autour de 45eur. (Petites planches fromages et charcuteries incluses. Un cadeau!)

Limite de pré-inscription : 17 février. Comment ? En appelant Grégoire au 0147398655 ou via contact@vignesgourmandes.fr.

 

Thématique dégustation : Poutine vs Trump

Classé dans : Non classé | 0

Deux camps se sont affrontés ce week-end. Occident vs Orient, Poutine vs Trump, Loire vs Rhône. Bourgogne vs Bordeaux… et qui a gagné? D’une courte tête (en trichant effrontément, les médias dans leur poche, l’arbitre -UN- aussi)… c’est l’Ouest qui gagne. A base de blabla et d’embobinage, face au sérieux et à la retenue, c’est ceux qui en mettent plein la vue qui se sont distingués. 10 à 9. Comme quoi, tant d’effort déployés pour une si courte victoire…

On s’est bien marré (c’est mieux deux camps fightant qu’une trop importante unanimité).

Le pinot gris d’Alsace l’a emporté sur le blanc de noir de cabernet sauvignon (!!!) bordelais (domaine Léandre Chevalier), un gamay-pinot noir-cabernet franc de Thierry Michon (fief vendéen) a fait plus subtil (pour un fois qu’ils ont fait dans le subtil, ces amerloques habituellement tellement « loud ») et a gagné la compèt’ face à la magnifique syrah st joseph « Chatelet » de Monier Perréol (difficile à placer sur le plat surprise de veau… même le cuistôt, pourtant dans notre camp, était contre nous) et enfin drôle de finale sur un tannat de madiran (proche de l’écoeurement, domaine dont nous tairons le nom) face à la fraîcheur d’un cinsault du Rhône septentrional du Domaine Maravilhas.

Grigori

Froid de canard = Corse en force

Classé dans : Non classé | 0

On a besoin de soleil et de chaleur pour affronter le froid qui s’installe. Les Vignes ont sélectionné pour vous de nouvelles quilles venues de l’Ile de Beauté.

Les désormais, connus de nos fidèles :

  • A Ronca blanc (vermentinu) floral et fruité, gras milieu de bouche et amertume en finale.
  • Robe d’Ange du Clos Fornelli (sciaccarellu) épice, petits fruits rouges, ample et suave.
  • Patrimonio (niellucciu) rouge 2009 du Domaine Santamaria, à point, avec une force adoucie par le temps, superbe sur les gibiers.

Et le petit nouveau… le Domaine Pieretti en coteaux du Cap Corse 70% de niellucciu et, particularité du domaine, 30% d’alicante. De beaux raisins vendangés à la main en petites caissettes pour un vin alliant force et douceur. Dès à présent facile à marier à nombre de plats d’hiver.

Un moment magique…

Classé dans : Non classé | 0

En visite chez Môssieur Galbrun, après avoir posé – pour le souvenir – au sommet de la cuve de macération carbonique évoquée un peu plus tôt dans ce billet, nous fîmes route jusqu’à la cathédrale troglodyte qui abrite ses vins en cours d’élevage et vins déjà bien élevés embouteillés et prêts à être sirotés. Une ancienne carrière de tuffeau. Une entrée cachée sous de hauts herbages, une grille grinçante et rouillée, aucune lumière (la torche est de rigueur) et au bout du goulet une immmmmeeeeennnnse salle de calcaire. Les fûts tout au fond paraissent d’une taille lilliputienne. Les chauves-souris veillent le trésor liquide.

Un instant magique. Coupés du monde. On échange. On goûte. On re-goûte, on re-palabre. On déguste. En bouteille, les 13, mis de côté en attendant que le 14 et 15 (plus immédiatement disponibles) s’épuisent. Ensuite, sur fûts, ce sont les Tempérance 2015 pas encore assemblés (bel avenir…) et un autre jus « surprise » qui nous bluffe et nous déroute.

Il faisait jour en y entrant. La nuit est tombée maintenant que nous en sortons. Le froid que nous quittons en cave perdure au dehors. Le temps s’est ralenti. Nous sommes comme figés. Mais la chaleur est bien là, intérieure. Le mince mais franc sourire que nous affichons, une fois remonté dans le carrosse, en dit long sur notre béate satisfaction.

2016 – annus horribilis à Bourgueil

Classé dans : Non classé | 0

Horribilis, en effet. A Chinon aussi, à Montlouis encore, les gelées ont fait d’énormes dégâts. En particulier chez Bertrand Galbrun qui a perdu 90% de sa récolte. Les quelques raisins qui ont réussi à aller jusqu’au bout, ont tous fini en une seule cuve béton « Bacchus ». Grolleau, cabernet franc de ses différents terroirs, en grappe entière pour une macération carbonique, pour un vin de fruit, un vin de fête histoire de conjurer le sort que lui a joué, cette année, Dame Nature.

Achetez Bourgueil dès que vous pouvez. Bertrand Galbrun bien sûr, mais aussi Xavier Courant, Laurent Herlin ou encore les demoiselles du Domaine Ansodelles qui viennent tout juste de s’installer et qui prennent les gelées de 2016 en pleine figure. Vous pourrez dire que vous picolez pour la bonne cause : Pour sauver des emplois! Tenez!… tout achat d’une bouteille de Bourgueil devrait faire l’objet d’un crédit d’impôt de 66% tellement la cause à défendre est belle.